Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réponse de MH Pouget-Chauvat, candidate LTG23, au comité 23 du Mouvement pour la Paix

Publié le par pcf23

LogoLTG2012 

Bourganeuf, le 28 Mai 2012

à M. Jean Penot

Président du comité du mouvement de la paix (Creuse)

 

Monsieur le Président,

 

Je vous remercie de votre courrier du 21 Mai dans lequel vous m’invitez à soutenir les quatre éléments forts de vos revendications : la réduction des dépenses militaires, le gel du programme de renouvellement des missiles et têtes nucléaires, l’abandon de la force aéroportée, le respect des engagements de la France concernant le Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires.

 

Je souhaite, tout d’abord, vous préciser dans quel cadre s’inscrivent mes réponses au regard de la politique internationale de la France.

En effet, créer les conditions de la paix passe, nécessairement, par la participation de notre pays à l’organisation de la sécurité collective et du désarmement.

A cet égard, l’action de la France doit être guidée par sa participation à la coopération internationale et fondée sur la solidarité des luttes sociales en Europe et dans le monde, la défense des droits de l’homme et, en particulier, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en opposition avec le droit d’ingérence.

Il s’agit, donc, de réaffirmer la seule légitimité des Etats souverains en matière de politique internationale. Cette conception des relations internationales fondée sur les Etats-Nations impose de conforter la puissance de la France, c’est-à-dire sa capacité à infléchir la volonté d’autrui. C’est la résultante de sa capacité économique, son potentiel scientifique et technologique, mais aussi de sa capacité militaire.

La France doit exercer pleinement sa souveraineté au service de la paix.

 

Dans ce cadre, notre programme est très clair : la France rompra avec l’alignement libéral et atlantique, la politique de la force d’intervention militaire, et avec les logiques de puissance pour agir en faveur de la paix, du règlement des conflits et du rétablissement du droit international.

 

Nous agirons pour la dénucléarisation, pour le désarmement multilatéral, dans le cadre d’une négociation elle-même multilatérale.

Nous souhaitons et nous soutiendrons que la France demande aux autres États nucléaires, signataires ou non du Traité de Non-Prolifération, d’ouvrir des négociations en vue d’éliminer toutes les armes nucléaires (missiles, têtes nucléaires, forces aéroportées nucléaires, etc…), sous un contrôle strict et efficace et dans le cadre d’un véritable système de sécurité internationale.

L’élimination complète des armes nucléaires, si toutes les conditions étaient réunies, pourrait être décidée par référendum ou toute autre forme d’intervention populaire directe qui permettrait de mieux s’opposer aux forces réactionnaires qui soutiennent le statu quo en matière de dissuasion nucléaire.

Cependant, il ne peut être question d’un désarmement unilatéral. En effet, la dissuasion est la garantie ultime de la sécurité et de l’indépendance de la France. Elle a pour objectif d’empêcher tout État de croire qu’il pourrait porter atteinte à nos intérêts vitaux sans s’exposer à des risques pour lui, inacceptables.

Dès lors, au fur et à mesure de la réduction des arsenaux nucléaires, notamment des États-Unis et de la Russie, la France réduira le nombre de ses têtes nucléaires.

A cet égard, nous nous engageons à faire suspendre la mise en service de nouveaux armements nucléaires tels que le 47ème SNLE-NG, le missile M 51, le missile ASMP-A.

Au surplus, la lutte contre la prolifération est une impérieuse nécessité, son succès suppose de donner une place centrale à la négociation ; elle exige que les puissances nucléaires engagent un réel processus de désarmement multilatéral et nécessairement réciproque.

En attendant, leur doctrine nucléaire doit revenir à une conception strictement défensive.

 

Les différentes propositions évoquées ci-avant doivent mécaniquement conduire à une réduction des dépenses militaires dans le budget de l’État qui pourraient se chiffrer à plusieurs dizaines de milliards d’euros. Nous y sommes favorables.

De même, le rappel des troupes en opérations extérieures représenterait non seulement un message de paix mais une économie importante pour notre pays.

 

Me tenant à votre disposition, je vous prie d’agréer l’assurance de ma considération distinguée,

 

Marie-Hélène POUGET-CHAUVAT

Candidate titulaire de Limousin Terre de Gauche à la législative creusoise des 10 et 17 juin 2012

Commenter cet article