Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réponse de MH Pouget-Chauvat, candidate LTG23, à l'UNRPA

Publié le par pcf23

unrpaEn tant que candidate LTG à la législative creusoise de 2012, Marie-Hélène POUGET-CHAUVAT a été interpellée par la Fédération de la Creuse de l’Union Nationale des Retraités et Personnes âgées (UNRPA 23).

 

Voici le texte (rédigé le 12 avril 2012) de la réponse qu'elle a fait parvenir aux co-présidents de cette association.

 

 fdg

 

 

 

 

Messieurs les co-présidents de l’Union Nationale des Retraités et Personnes âgées de la Fédération de la Creuse,

 

Je vous remercie de votre courrier. Vous m’interpellez, en tant que candidate aux élections législatives en Creuse sur la politique que le Front de Gauche entend mener concernant l’aide à l’autonomie des personnes âgées.

J’y suis particulièrement sensible de par mon expérience personnelle mais également grâce aux diverses réunions menées dans le cadre du Front des Femmes (les 8 et 9 mars) et celui du Front des Aînés (le 28 mars), assemblées citoyennes dans lesquelles j’ai pu discuter avec de nombreux adhérents à l’UNRPA.

La perte d’autonomie est l’un des nouveaux défis majeurs que l’Humanité devra relever au XXIème siècle. Cette nécessité aiguise l’appétit de ceux qui veulent en faire un immense marché. Non seulement, cela ne permettra pas de répondre à l’ensemble des enjeux, mais plus encore cela contribuerait à développer les inégalités. Au contraire, pour le Front de Gauche, c’est à la solidarité nationale de prendre en charge les conséquences de la perte d’autonomie.

La dette publique est utilisée comme un prétexte pour imposer une politique néolibérale qui met en péril la cohésion sociale. Beaucoup de candidats placent la finance au premier plan en assurant vouloir « rassurer les marchés ».

Au Front de gauche, notre fil conducteur est « l’Humain d’abord ».

Dans notre pays, qui n’a jamais été aussi riche, notre devoir est d’ apporter une attention particulière au devenir de nos aînés mais aussi aux enfants, plus généralement à toutes les personnes plus vulnérables. N’est ce pas à cela que se juge le degré de civilisation ?

Je tiens tout d’abord à m’associer à votre rejet du terme « dépendance ». C’est en effet l’aide à l’autonomie que les pouvoirs publics doivent contribuer à mettre en œuvre.

Le risque de perte d’autonomie tel que pris en charge aujourd’hui par la Sécurité sociale à travers les régimes maladie, accidents du travail et maladies professionnelles, famille, et vieillesse, ou bien encore par la CNSA, est insuffisamment assuré.

 

L'argent ne doit pas être un obstacle, on ne doit pas avoir à choisir de rester chez soi parce que l’hébergement dans l'établissement est trop cher, comme on ne doit pas aller en établissement parce que les solutions humaines ou techniques n'existent pas pour rester chez soi.

Le Front de gauche, en réponse au risque d’une diminution ou d’une perte d’autonomie, instaurera un droit universel à compensation, quel que soit l’âge et les ressources des ayants droits.

Ce droit universel à compensation doit s’exprimer, à partir d’une évaluation des besoins de la personne, en termes de plan d’aide personnalisée intégrale pour lui permettre de réaliser dignement son projet de vie en lui ouvrant l’accès à une « Prestation de compensation pour l’autonomie ».

Le reste à charge, différence entre le coût élevé de l’hébergement dans un établissement et des retraites trop souvent insuffisantes doit être couvert par la solidarité nationale sans obligation de recourir aux assurances privées ou de mettre à contribution enfants et petits enfants.

Ce dispositif sera financé, comme l’ensemble du programme tout à la fois par la révolution fiscale que nous mettrons en œuvre (suppression des niches fiscales, taxation des revenus du capital au niveau de celle du travail, mise en place d’un revenu maximal, etc.) et par la relance de l’activité que notre politique de redistribution des richesses aura rendue possible.

Plus largement, il convient de permettre le maintien à domicile lorsque cela est possible et souhaité. Pour ce faire, nous favoriserons, au niveau départemental, la création de pôles publics de « l’autonomie ». Adossés au remboursement à 100 % des besoins médicaux par la Sécurité sociale, ils permettront de couvrir la perte d’autonomie dans le cadre de la protection sociale sans recours aux assureurs privés.

Pour favoriser ce maintien dans des conditions décentes, nous soutiendrons l’aménagement de l’habitat et l’utilisation de nouvelles technologies comme la domotique tout en réaffirmant que le plus important restera toujours le lien social et la relation humaine.

 

Mais le maintien à domicile ne doit pas être contraint. Il faut s’assurer que les personnes qui le souhaitent ou qui en ont besoin puissent être accueillies dans des centres adaptés qui leur permettent de demeurer à proximité de leurs proches. Cela nécessite la prise en charge par l’Etat des frais d’accueil mais aussi la création du nombre de structures nécessaires.

Le développement de pôles publics de « l’autonomie » et de centres adaptés nécessite impérativement la professionnalisation des encadrants. Les carrières sanitaires et sociales sont aujourd’hui fortement sous-qualifiées et précarisées à outrance. Or ces métiers sont éprouvants et nécessitent un haut niveau de qualification pour répondre au mieux aux besoins des personnes âgées.

Il faudra augmenter le nombre de places dans les filières sanitaires et sociales des lycées techniques et professionnels pour répondre aux besoins grandissants. Les conditions de travail devront également être revues. La précarité sera éradiquée de ce secteur et les salaires augmentés dans le cadre de la hausse du SMIC à 1700 €.

 

Pour conclure, au Front de Gauche, nous tenons à revaloriser et reconsidérer le statut des personnes âgées dans le discours social qui dénigre aujourd'hui celui qui ne travaille pas ou plus et devient donc une charge ! Il s'agira notamment de promouvoir la transmission du patrimoine culturel et historique que représente l'ensemble de ces personnes en soutenant par exemple les initiatives associatives.

 

Je reste à votre disposition pour une discussion complémentaire, et je vous prie de croire, Messieurs les co-présidents, en l’expression de mes salutations distinguées.

 

Marie-Hélène Pouget-Chauvat, candidate aux législatives

 


 

Sur ce sujet, on pourra relire deux articles publiés sur ce site :

03/03/12 - Dépendance/perte d'autonomie : quel mépris gouvernemental !

http://pcf23.over-blog.com/article-dependance-perte-d-autonomie-quel-mepris-gouvernemental-100593211.html

03/04/11 - Dépendance, perte d'autonomie : réponse des candidats Creuse Terre de Gauche aux Présidents des organisations creusoises de retraités

http://pcf23.over-blog.com/article-dependance-perte-d-autonomie-reponse-des-candidats-creuse-terre-de-gauche-70895449.html

Commenter cet article