Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réponse de MH Pouget-Chauvat, candidate LTG23, à Aides Limousin

Publié le par pcf23

 LogoLTG2012

 

à M. Michel Pionnier

Aides Limousin

 

 

Monsieur,

 

Vous m’avez interpellée en tant que candidate aux élections législatives de 2012 afin d’en savoir davantage sur notre programme, notamment en ce qui concerne les enjeux de santé.

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez au positionnement de Limousin Terre de Gauche que je représente dans l’unique circonscription de la Creuse.

 

Les réponses aux sujets particuliers que vous abordez dans votre courrier s’inscrivent dans le cadre plus général de notre conception de l’humain et des services publics nécessaires à son émancipation et à lui faire « la vie bonne ».

Nous considérons la santé, que nous définissons comme « un état de bien être physique, mental et social », comme une préoccupation transversale de toutes les politiques publiques.

 

Les conditions de vie des personnes touchées par le VIH et/ou une hépatite

Le programme du Front de Gauche énonce clairement :

Nous rétablirons le remboursement intégral à100 % des dépenses de santé couvertes par la Sécurité sociale en y incluant les lunettes et les soins dentaires ; les mutuelles seront orientées principalement sur les questions de prévention. Nous supprimerons les forfaits et les franchises. Le financement de la protection sociale doit être construit à partir des cotisations sur les salaires, avec une modulation et une contribution sur les revenus financiers des entreprises, des banques et des assurances.

Dans le domaine de la santé, comme d’en beaucoup d’autres, je soutiendrai toujours avec conviction les solutions basées sur la solidarité collective face aux solutions d’individualisation seulement favorables aux citoyens les plus riches.

L’accès aux soins et au séjour des étrangers malades

La République se doit de garantir sans aucune entrave l’accès aux mêmes droits à chaque couple, de sexes différents ou de même sexe et quelles que soient les nationalités de ses membres.

L’enjeu de ces élections de 2012 est considérable. Nous devons battre la droite. Elle a fait de la criminalisation de l’étranger un leitmotiv de ses politiques, directement repris au FN et à son travail pour nourrir la peur de l’autre. Cette stigmatisation est intolérable. Nous devons porter au pouvoir une orientation politique réellement alternative et refonder notre République. Je m’engage, avec les futurs élus du Front de Gauche, à abroger les dispositifs restreignant l’accès au droit au séjour qui ont été mis en œuvre ces dernières années. Nous mettrons un terme aux politiques sécuritaires, liberticides, racistes et réactionnaires qui défigurent la République et brisent tant de vies.

Pour moi, le droit à la santé est universel et doit être accessible aux étrangers comme aux Français notamment par l’aide médicale d’état.

L’homophobie dans les droits, les faits et la vie quotidienne

Comme militante du Front de Gauche, je partage son engagement dans le combat contre toutes les formes de discriminations et notamment des discriminations LGBT. En République, nous n’acceptons pas que certains n’aient pas les mêmes droits du fait de leur orientation sexuelle. Lorsqu’il était sénateur, Jean-Luc Mélenchon a été à l’initiative de la première proposition de loi de partenariat civil en 1990, ancêtre du PACS. Dès 2004, Martine Billard a déposé la première proposition de loi pour la reconnaissance du « mariage pour tou-te-s ». En février 2010, Marie-George Buffet, Martine Billard et des député-e-s du Front de Gauche ont déposé une nouvelle proposition de loi visant à ouvrir le droit au mariage à tous les couples sans distinction de sexe ni de genre (Proposition de loi n°2290).

Des stéréotypes hétérosexistes sont véhiculés dans tous les espaces de la société (entreprises, médias et même l’école). Nous revendiquons le droit de choisir sa sexualité sans être victime de discriminations. Les sexualités sont plurielles et peuvent se vivre en dehors de toute procréation.

Je fais mienne la lutte du Front de Gauche contre les discriminations vécues par les personnes LGBT :  « Dès l’école, par l’enseignement de la diversité des sexualités dans les manuels scolaires, en augmentant les moyens de l’Education nationale et en promouvant les interventions des associations. Dans le monde du travail, en lien avec les syndicats, l’inspection du travail et les associations des secteurs professionnels. A travers la formation des acteurs sociaux (policiers, gendarmes, personnel hospitalier, juges, médecins, psychologue, éducateurs et travailleurs sociaux, surveillants de prison, milieux sportifs, etc.) aux questions LGBT : discriminations verbales ou physiques, jeunes rejetés dans l’errance, risques accrus de suicides. Il n’y aura pas de lutte effective pour les droits et l’acceptation de toutes et tous sans le développement des services publics. Sinon, comment lutter contre l’homophobie ou la transphobie à l’école ou au travail, sans en donner les moyens à l’Education et à l’inspection du travail ? Quel accompagnement des jeunes LGBT en rupture familiale, sans renforcer les moyens des travailleurs sociaux ? Quelles actions ciblées de santé sexuelle, de prévention et de soins sans allouer des moyens à la santé publique ? Comment faire valoir ses droits, sans moyens pour la Justice ? »

 

Prévention et soins auprès des travailleurs du sexe et des usagers de drogues ; Politique de santé et participation des malades – Démocratisation sanitaire ; Des moyens financiers pour enrayer les épidémies au VIH et aux hépatites

Lutter efficacement contre le VIH/sida nécessite un fort investissement notamment financier de la puissance publique. Une politique d’austérité ne peut faire face aux défis que pose cette épidémie à la société. Plus globalement, elle ne pourra que creuser les inégalités de santé auxquelles sont confrontés nos concitoyens – 25 % renoncent aux soins pour des raisons financières. Partisans d’une politique de santé fondée sur la solidarité, nous nous opposons à privatiser la prise en charge des soins au détriment de l’égalité de tous devant la santé.

Pour le Front de Gauche, la santé doit être financée par tous les revenus : nous refusons la logique d’individualisation ainsi que tout recours aux assurances privées qui ne peuvent que générer d’importantes inégalités Nous pouvons et devons dédier davantage de ressources à la santé, pour l’organisation du système de soins mais aussi le financement des politiques de santé. Aujourd’hui, les sommes consacrées à la prévention ne sont pas suffisantes. Sans même parler du coût humain, économiser sur la prévention ou sur la prise en charge des soins d’une population est toujours un mauvais calcul. L’accès tardif aux soins a des conséquences néfastes sur la santé des personnes et le coût est alors bien supérieur. Les moyens nouveaux que nous dégagerons pour la santé devront être affectés en fonction des besoins identifiés par les acteurs et les institutions publiques. Nous refusons de nous placer dans une optique de réduction des dépenses, qui conduit à opposer les pathologies les unes aux autres, comme dans le système actuel. Le VIH/sida doit être une priorité, et ce qui a été développé dans la lutte contre le VIH/sida doit être maintenu : il bénéficie aux autres pathologies, de la même façon qu’elle doit profiter des avancées obtenues par d’autres.

Pour répondre à l’exigence de sécurité sanitaire, il faut un vrai contrôle démocratique et une mobilisation permanente de tous les acteurs. Je voterai pour la suppression des ARS et pour que l’ensemble des dispositifs de la santé soient mis en œuvre par des instances regroupant les personnels et les professionnels, les élu(e)s et les citoyen(ne)s.

 

Contribution financière de la France à l’échelle internationale et soutien à la production et à la diffusion de génériques à moindre coût mais de qualité équivalente

A l’échelle internationale, je suis pour l’annulation de la dette des pays pauvres et la mise en place, comme au niveau européen, d’un Fonds de coopération solidaire sous l’égide de l’ONU financé par une taxe de type Tobin (ou d’autres types de taxation du capital international).

Ce fonds pourrait alimenter les actions de traitement et de prévention dans les pays durement touchés par les épidémies au VIH et aux hépatites et démunis de moyens suffisants pour leur propre développement.

 

Il faut libérer la recherche pharmaceutique de la soumission aux marchés et aux laboratoires en mettant en place un pôle public du médicament avec au moins une entreprise publique qui interviendra sur la recherche, la production et la distribution des médicaments.

Ce pôle public :

  • Produira une partie des médicaments ;
  • Contrôlera le système de sécurité des médicaments, leur mise sur le marché et leur prix ;
  • Sera doté de pouvoirs de sanction à l’égard des laboratoires qui manqueraient à leur devoir de sécurité sanitaire ;
  • Relancera la recherche publique et fera adopter une charte incluant le devoir de recherche sur les médicaments dits « non rentables ».

 

J’espère que ces quelques éléments, bien que trop succincts, répondront à votre attente et reste à votre disposition pour tout complément.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma haute considération.

 

Marie-Hélène POUGET-CHAUVAT

Candidate titulaire de Limousin Terre de Gauche

à la législative creusoise des 10 et 17 juin 2012

Commenter cet article

chardavoine jenny 17/05/2013 09:50

parfaitement en accord avec Me pouget- chauvat vive Limousin terre de gauche !!!