Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pro POLLT et anti LGV à Limoges le 9 février 2013

Publié le par pcf23

Pour la sauvegarde, l'amélioration et la mise en performance du POLLT , contre le projet aberrant de LGV entre Limoges et Poitiers, pour la sauvegarde et le développement équitable des TER Régionaux, pour une desserte étoffée et un maillage égalitaire de la desserte des territoires, pour un véritable "Train pour tous" de service public au service du public : ( Voir communiqué de presse du collectif Pro-Pollt/Anti-LGV, ci dessous.)

Manifestation Citoyenne d'envergure

SAMEDI 9 Février à 9h30, en gare de Limoges Bénédictins

 

DÉPART EN COVOITURAGE ESPACE YVES FURET LE SAMEDI 09 FÉVRIER 2013 A 8H45

 

Communiqué de Presse du Collectif anti-LGV Limoges-Poitiers et pro-POLLT

Le Collectif anti-LGV-LP & pro-POLLT représentant plus de 50 associations, syndicats et partis politiques, réuni samedi 6 novembre à Limoges, tient à réagir à l’article paru dans l’hebdo Le Point, spécial Limoges, particulièrement partial et qu’on pourrait juger sous-informé si son auteur n’avait été présent lors de l’une de nos réunions.

Partialité qui laisse, sans le moindre commentaire critique, M. J.P. Limousin dire que Limousin Nature Environnement, Limousin terre de gauche, Europe-Ecologie, ou la CGT Cheminots… ne pensent qu’à protéger leur pot de géranium. Cela prouve une méconnaissance du travail et des propositions concrètes du collectif. C'est comme si nous écrivions que RFF (Réseau Ferré de France) n’a pas opté pour le tracé la LGV LP passant par Bonnac la Côte, parce que M. J.P. Limousin y possède une propriété.

Partialité qui laisse supposer que les adversaires de la LGV se battent pour des intérêts particuliers alors que, bien au contraire, ils se battent pour l’intérêt général et que ce sont ses défenseurs, M. Limousin mais aussi Mme Pérol-Dumont et M. Rodet, qui se battent pour les intérêts particuliers d’entreprises privées telles que Véolia ou Vinci.

Partialité qui laisse croire que la LGV créera des emplois quand les études officielles réalisées à ce jour sur le sujet ne pronostiquent qu’un bilan neutre sur l’emploi (voir rapport du Schéma National des Infrastructures Ferroviaires ou SNIT).

Partialité, enfin, qui évite de parler de la dimension nationale de notre combat quand il suffit de jeter un œil sur la carte du SNIT pour constater l’inanité de cette LGV Limoges-Poitiers en termes d’aménagement du territoire. Le centre du pays y est clairement relégué à la désertification ferroviaire.

C’est pourquoi notre Collectif tient à redire à tous, via la presse, les trois buts fondamentaux qui sont les siens depuis le début de son action :

  1. NON à cette LGV Limoges-Poitiers qui va saccager une grande partie encore rurale et touristique du Limousin, à un prix exorbitant qui a d’ores et déj à donné lieu à une augmentation des impôts (TIPP), amènera inévitablement la région au bord du gouffre financier, et ne profitera qu’à une petite partie de la population, pour gagner quelques dizaines de minutes sur le trajet Limoges-Paris. Elle laissera à la population le soin de payer via le prix de l’essence et les impôts locaux, le coût faramineux de l’opération et, selon toute probabilité, son déficit.
  2. OUI à une ligne POLLT (Paris-Orléans-La Souterraine-Limoges-Toulouse) rénovée, classée projet national, irriguant 18 gares (au lieu d’une) et dont la partie nord (Paris-Vierzon) est aujourd’hui en projet d’aménagement à grande vitesse, ne laissant qu’une petite partie à aménager encore.
  3. OUI à la poursuite de l’amélioration des lignes existantes (Limoges-Poitiers, bien sûr, mais aussi Bordeaux Lyon qui est l’une des transversales les plus importantes, et les autres).

Le Collectif mène depuis près de deux ans une action bénévole, non-subventionnée par l’argent du contribuable comme l’est l’Association de Promotion de la LGV (siège : Mairie de Limoges avec mise à disposition éventuelle de ses agents). Nous voulons prévenir des dangers de ce projet : depuis la gabegie qu’il a commencé à provoquer dans les instances territoriales jusqu’au désastre écologique local qu’il induit. Sans oublier l’abandon de la ligne POLLT comme grande ligne nationale que la LGV Limoges-Poitiers exigera inévitablement pour sa propre rentabilité et pour le profit des actionnaires privés qui en tireront seuls les bénéfices.

Commenter cet article