Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M. le Premier Ministre, votre politique au service des plus riches et des puissants fait souffrir le peuple de France

Publié le par pcf23

CRC-SPG senatDans le cadre des questions d’actualité, Eliane Assassi, sénatrice de Seine-Saint-Denis s’est adressée le jeudi 23 juin 2011 au Premier Ministre, François Fillon, à propos de la RGPP (Révision générale des politique publiques) :

 

« Après votre vaine tentative d’inscrire dans la Constitution le retour à l’équilibre des comptes publics, vous avez fait voter un allègement conséquent de l’ISF - symbole d’une politique au service des plus riches ; allègement qui représente à lui seul une perte sèche pour l’Etat de 1,8 milliard d’euros par an.

Dans le même temps, au nom de la RGPP, vous appliquez une politique d’austérité qui se traduit par la baisse des dépenses publiques utiles, la déstructuration des services publics, par l’étranglement financier des collectivités locales.

Depuis la loi de finances 2007, vous avez supprimé plus de 100 000 postes de fonctionnaires, dont 60 000 à l’éducation nationale.

L’annonce de Nicolas Sarkozy d’un moratoire sur des fermetures de classes à la rentrée 2012, montre que vous n’arrivez plus à masquer la gravité de la situation et que vous renoncez à toute ambition pour l’école et la réussite de tous. M. le Premier Ministre, votre politique au service des plus riches et des puissants fait souffrir le peuple de France, singulièrement dans les quartiers populaires, comme ceux de mon département, la Seine-Saint-Denis, où malgré la dignité de celles et ceux qui y vivent, l’exclusion, l’insécurité sociale et les inégalités s’accentuent, où les jeunes sont trop souvent stigmatisés, où l’école de la République n’a plus les moyens de remplir son rôle.

L’ampleur de la crise que connaît notre pays appelle un changement. Un changement durable avec des solutions radicalement nouvelles pour maintenir la cohésion sociale tout en garantissant les droits fondamentaux qui doivent être inaliénables comme celui à l’éducation, à la santé, à l’eau, à l’énergie, à la sécurité, au logement, aux transports…

Cela nécessite de rompre avec les logiques libérales et de dégager des moyens financiers inédits.

La clé de cette nouvelle politique, c’est une nouvelle répartition des richesses. Mais de cela, vous n’en voulez pas !

Ma question est la suivante : pourquoi ne décidez-vous pas d’un moratoire dès maintenant et non en 2012 ? Pourquoi ne renoncez-vous pas au dogme du non-remplacement d’un départ sur 2 à la retraite chez les fonctionnaires ? Pourquoi n’allez-vous pas chercher l’argent là où il se trouve vraiment ? »

Commenter cet article