Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre Ouverte au Ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg à l’occasion de sa venue en Dordogne

Publié le par pcf23

Fédération de la Dordogne du PCF

http://www.lavoixdejacquou.fr 

 

à

Monsieur Arnaud Montebourg

Ministre du redressement productif

 

Sous couvert de

Monsieur le Préfet de la Dordogne 

 

 

 

Monsieur le Ministre du Redressement Productif,

C’est un plaisir d’apprendre que vous venez ce Vendredi 16 Novembre dans notre département pour saluer une entreprise qui aujourd’hui se développe, investi, embauche tout en étant compétitive sans délocaliser.

Elle est l’exemple même que l’industrie, la recherche et l’innovation peuvent avoir un avenir en France.

Mais je vous adresse cette lettre ouverte, parce que nombre de Périgourdins auraient souhaité vous voir venir dans un autre objectif que de faire un jeu de claquettes autour de petits fours : celui d’aborder les dossiers lourds de l’emploi et de la désindustrialisation de la Dordogne, dont pour beaucoup vous avez été saisi, je suppose.

La casse industrielle n’est malheureusement pas une nouveauté. De mois en mois, menaces et décisions se succèdent dans notre département comme dans tout le pays.

C’est le cas avec notamment, nombre d'entreprises sous le giron de l’état comme le Techni-Centre SNCF de Périgueux, l’Imprimerie Nationale du Timbre de Boulazac qui subissent des coupes sombres dans leurs budgets et leurs missions, tout comme la concurrence effrénée que vous avez voulu avec vos amis « libre et non faussée.

Egalement l’établissement d’habillement de l’armée, l’ESCAT de Bergerac qui sur décision de la droite de Sarkozy ferme ses portes cette année, sans que vous ne soyez revenu sur une telle décision, à ma connaissance.

Egalement encore avec les établissements de la SNPE à Bergerac dont le principal actionnaire est l’Etat- dont le PDG dernièrement est venu porter les directives du ministère de la défense : aucun des projets nouveaux actuels issus de la recherche SNPE ne seront produits sur ce site, comme il ne sera concédé aucun centimètre carré de terrain classé Seveso sur le site, aux collectivités locales afin que s’y développent d’autres productions.

Je vous parlerai également ici des nombreux dossiers industriels privés en difficultés où qui font inquiétudes comme la Papeterie de Condat où le sport favori de la direction devient la chasse aux syndicalistes ; ou encore la SOCAT à Terrasson qui subit de plein fouet la crise de l’automobile et notamment de Peugeot pour en être un de ses équipementiers. Et j’en passe…

Si cette logique ravageuse est bien réelle, la lutte des salariés très souvent accompagnées de plans alternatifs n’en n’est pas moins aussi présente.

C’est sur cette réalité que nous voulons nous appuyer pour définir une ambition industrielle durable. Cette ambition, que bien des élus n’affichent plus, en estimant qu’il faut accompagner au mieux « la fin d’un monde », nous voulons l’appuyer sur des projets concrets et sur une autre organisation de l’économie.

Monsieur le Ministre, il nous semble urgent aujourd’hui de rendre impossible les décisions unilatérales des casseurs de la finance qui rachètent des entreprises uniquement pour croquer la concurrence ou faire grimper le cours de leur action comme c’est le cas pour les entreprises de Polyrey ou la Papeterie Ahlstrom sur le canton de Lalinde où je suis élu, qui dans l’été, comme au Monopoly, viennent de changer de mains.

Cela suppose que vous ayez la volonté politique réelle, plutôt que de répondre en permanence aux sollicitations du MEDEF, d’ouvrir des droits nouveaux aux salariés et de créer de nouveaux espaces où pourra s’exprimer la puissance publique, dans le champ même de l’économie.

L’enjeu est là : prendre l’offensive.

Défendre l’industrie, promouvoir un nouvel essor industriel pour la France et pour l’Europe, c’est défendre notre avenir social et écologique, l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants.

Ce que l’on peut déplorer, c’est que certains de votre majorité se bouchent le nez quand ils entendent parler d’industrie et l’opposent systématiquement aux impératifs écologiques et environnementaux, ou mieux, aux simples critères de compétitivité, de concurrence et de baisse des charges patronales.

Or cette opposition est non seulement stérile, mais hors sujet ; elle a même contribué à nier l’existence de catégories entières d’ouvriers, pourtant ciblés par les plans de délocalisation et de casse de l’outil industriel. Cette opposition a aussi servi à affaiblir le potentiel de recherche et d’innovation de notre nation.

L’avenir appartient à de nouveaux modes de développement et nombre de militants syndicaux, de travailleurs, d’ingénieurs, d’intellectuels, d’élus comme moi, sont prêts à s’engager dans une grande campagne pour le redressement industriel de la France avec vous, à condition que vous ayez une véritable ambition politique de développement industriel, social et écologique fondée sur d’autres critères que ceux de la rentabilité financière.

C’est l’appel que je vous lance avec nombre d’élu-e-s, de progressistes, d’acteurs du mouvement social et de citoyen-ne-s de notre département, en vous affirmant que nous sommes prêts à engager avec vous, avec toutes et tous les partenaires qui peuvent en être partie prenante, de véritables états généraux du développement industriel productif en Dordogne.

Restant à votre disposition et attendant de vous entendre ou lire sur cette proposition, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, mes plus respectueuses salutations Républicaines.

 

Laurent PEREA

Maire de St Capraise de Lalinde

Secrétaire Départemental du PCF

Commenter cet article