Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les révolutions arabes et les chemins de la liberté

Publié le par pcf23

 Complément d'Alain Roudier à son article paru dans « l'Espoir, l'Unité, l'Avenir » n°5, bulletin d'informations édité par la Fédération de la Creuse du Parti Communiste Français.

 

tunisie_revolution.jpgEn quelques semaines et au prix de plus d’un millier de morts, les peuples tunisien et égyptien se sont débarrassés de leur dictateur. Rapidement, le mouvement s’est étendu, du Maroc à la Syrie, en passant par l’Arabie saoudite et l’Irak. Partout, une même aspiration à la liberté, à la dignité. Aucun pays arabe n’a été épargné, même pas les riches Émirats arabes unis. La rapidité de la révolte, portée par la télévision Al-Jaz ira et les réseaux sociaux, a fait éclore quelques illusions : le changement serait rapide, les régimes tomberaient les uns après les autres ; les lendemains chanteraient.

Il n’en a rien été. La contre-révolution s’est déployée à Bahreïn, la Libye a basculé dans une guerre qui a entraîné l’intervention de l’OTAN pour renverser un dictateur encore courtisé récemment par les Occidentaux pour son pétrole, son gaz et ses contrats fructueux. Le président Saleh n’a pas renoncé au pouvoir au Yémen. Le pouvoir syrien continue de broyer violemment son opposition. Et les tâches devant les peuples égyptien et tunisien sont immenses, notamment dans le domaine économique et social, mais aussi politique.

En quarante ans, le monde arabe est passé de cent millions d’habitants en 1970 à plus de trois cents millions en 2010, mais avec des taux de chômage records. Le déclic populaire de l’hiver 2011 a provoqué la plus grande panique au sein des classes dirigeantes arabes (notamment dans l’Arabie saoudite wahhabite). Dans dix pays (Tunisie, Égypte, Libye, Yémen, Bahreïn, Jordanie, Algérie, Maroc, Syrie, Arabie saoudite), c’est la fin de l’exception arabe, marquée par la défaillance de l'État rentier (sa nature patrimoniale, les rentes de situation … et la rente pétrolière) et ses faillites :

- celle de la libéralisation économique mise au service d’une oligarchie égoïste ;

- celle des régimes sclérosés qui ont fait des aménagements de façade pour plaire à l’Occident, au lieu d’engager des réformes véritables ;

- celle de l’échec des grands projets politiques, des défaites répétées face à Israël, de la désintégration de l’Irak et de la scission du Soudan.

Dans les pays concernés, on observe une similitude des revendications et la cohérence de la démarche des révoltés, principalement la jeunesse en phase avec les nouvelles technologies de communication, victime d’un chômage endémique, face à une bureaucratie sclérosée. La volonté unitaire des manifestants et leurs revendications de liberté , de justice sociale et de démocratie ont permis d’aller de l’avant, d’approfondir les conquêtes et de favoriser «  le printemps des peuples », d’autant moins terminé que les discours extrémistes ont été marginalisés (Al-Qaïda dépassé, mort de Ben Laden, Frères Musulmans désorientés).

Les chemins de la liberté et de la dignité qu’a ouverts le peuple tunisien, et dans lesquels se sont engouffrés les autres pays arabes, restent incertains et périlleux. Mais, déjà, le retour en arrière n’est plus possible.

Sans oublier : que l'État palestinien a demandé son admission à l’ONU malgré l’opposition des États-Unis et d’Israël ; que l’OTAN poursuit une guerre en Afghanistan, au prétexte de la lutte contre le terrorisme, mais en réalité pour s’approprier le gaz et le pétrole d’Asie centrale au profit des compagnies pétrolières occidentales et de leurs affidés financiers.

 

En France : de 1789, date de la révolution française, au régime à dominante parlementaire, celui de la Troisième République, défini par les Lois constitutionnelles de 1875, il s’est écoulé presque 100 ans, la république ne s’est pas fait en quelques jours.

Il reste, sans doute, encore bien du chemin à faire, mais comme le dit Alain Roudier, le retour en arrière n’est plus possible !

Commenter cet article

Clovis Simard 11/10/2012 13:57

voir mon blog(fermaton.over-blog.com)