Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EDF songe à ouvrir le capital de RTE pour réduire sa dette

Publié le par pcf23

Reprise d'une information de l'Agence France-Presse (©AFP / 17 mars 2013 12h08) publiée par le JDD.

EDF et le gouvernement s'interrogent sur l'opportunité d'ouvrir le capital de RTE, sa filiale autonome qui gère le réseau national de lignes à haute tension, afin d'aider l'électricien français à réduire sa dette, affirme le Journal du dimanche.

Outre des motivations financières, l'hebdomadaire dominical, qui s'appuie sur une source gouvernementale anonyme, souligne que cela permettrait à RTE de nouer des alliances avec des partenaires européens, le gestionnaire de réseau rêvant de constituer un jour un EADS des réseaux électriques.

Par ailleurs, la réglementation européenne, qui vise à empêcher les conflits d'intérêts entre les réseaux d'énergie et leurs utilisateurs, pousse leurs propriétaires traditionnels, les producteurs d'énergie, à s'en séparer.

Interrogés par l'AFP, EDF et RTE n'ont fait aucun commentaire.

RTE exploite le réseau public de transport d'électricité en France, soit 100.000 km de lignes à haute tension. Conformément à la règlementation européenne, l'entreprise bénéficie déjà d'une autonomie de gouvernance, de financement et de fonctionnement, bien qu'elle reste une filiale à 100% d'EDF.

Si un tel scénario, qualifié de serpent de mer par le JDD lui-même, refait régulièrement surface, rien ne semble toutefois presser EDF (détenu à 84% par l'Etat) de mener une telle opération.

L'électricien est certes lourdement endetté (39,2 milliards d'euros fin décembre) et souffre d'une conjoncture dégradée, mais dégage d'importants bénéfices et a conforté ses finances grâce à l'accord avec le gouvernement sur le financement des énergies renouvelables et à un méga-emprunt obligataire.

Reste que dans le secteur énergétique, de telles opérations sont à la mode. GDF Suez a cédé en 2011 25% du capital de sa filiale de transport de gaz, GRTgaz, à un consortium public (Caisse des dépôts, CDC Infrastructure et CNP Assurances) pour 1,1 milliard d'euros.

Et le géant pétrolier Total est lui-même en train de vendre pour 2,4 milliards d'euros sa filiale de gazoducs TIGF à un consortium incluant... EDF.

 

Commenter cet article