Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C. Guéant à la chasse à l'enfant

Publié le par pcf23

Communiqué de RESF ( 2 septembre 2011)


RESF.jpg

 

Réseau national des militants,collectifs d’établissements, syndicats et associations

pour l’information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers

Adresse postale : C/o EDMP 8 Impasse Crozatier 75012 Paris -  educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org    

 

 

 




 

Contacts : - Richard Moyon (RESF) : 06 12 17 63 81 / getmr@wanadoo.fr
- Yves Terrenoire (Observatoire citoyen de la rétention 77) : 06 07 40 74 17 / yvesterrenoire@wanadoo.fr

 

AU MESNIL-AMELOT ET AILLEURS :

C. GUEANT A LA CHASSE A L’ENFANT

Ouvert le 1er août, le nouveau centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, équipé de cellules familiales, est à l’image de la politique d’immigration voulue par Guéant et Sarkozy : rationnelle, moderne, « juste », « humaine », « efficace ». Et dévastatrice pour l’ensemble de la société, humainement encore plus que financièrement.

 

La jeune femme géorgienne qui avait « inauguré » le 30 août les cellules familiales du nouveau Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot  avec ses trois enfants de 5 ans, 2 ans et 1 an a été libérée cet après-midi 2 septembre par le Tribunal administratif de Melun. La cour a ainsi donné raison aux associations qui dénonçaient les graves illégalités induites par la rétention de ces enfants et de leur mère.

Alors qu’ils avaient déposé un recours suspensif contre le refus de titre de séjour délivré par la préfecture de la Creuse, ils avaient été interpellés à leur domicile, séparés du père de famille et enfermés en vue de leur expulsion. Le TA a annulé l'obligation de quitter le territoire français et la décision de placement en rétention administrative.

Les enfants et leur mère vont donc pouvoir rejoindre leur père et époux qui avait par hasard échappé à la rafle.

C’est évidemment une sage décision qui, pourtant, ne répare pas les dégâts occasionnés par l’arrestation en famille, les heures de transport en voiture sous escorte policière, le traumatisme de la privation de liberté et de l’humiliation des parents. Les pratiques imposées aux forces de police sont insupportables. Elles doivent cesser.

D’autant que le ministre de l’Intérieur, ministre de la Chasse à l’enfant, semble lancé dans une fuite en avant. Plusieurs dizaines d’enfants, vraisemblablement près d’une quarantaine, ont été emprisonnés cet été. Le ministère a décidé de "rentabiliser" le nouveau centre, pour atteindre ses records d'expulsion. Des rafles, principalement de Roms ont eu lieu dans toute la France, les familles étant dispersées dans les différents  CRA  et bien sûr, dans celui du Mesnil-Amelot:

Au moment même où les trois enfants de la famille géorgienne étaient libérés par leurs geôliers, deux nouvelles familles, de Roms roumains cette fois étaient enfermées au CRA du Mesnil-Amelot,  à l'issue du démantèlement du camp des Glairons dans l'Isère. L’une des mères a été expulsée sur le champ par l’avion de 15h30 avec ses trois enfants (13 ans, 10 ans, 3 ans). Il semblerait que le père soit prévu sur un vol demain, 3 août. La seconde mère de famille et ses deux enfants (1 an et 5 ans)  devraient  normalement être traduits devant le Tribunal administratif lundi… si le gouvernement ne trouve pas le moyen, entretemps,  d'une expulsion éclair sur la base de mesures illégales.

Le 1er septembre, une famille Rom de 10 personnes  (avec cinq enfants de 10, 8, 6, 3 et 2 ans) est  arrêtée à Saint-Amant-Roche-Savine (63) et directement conduite au centre de rétention de Rouen pour étouffer les manifestations de soutien en Auvergne. La famille avait déjà été arrêtée le 10 août, conduite à Lille et libérée le 12, déposées à la gare de Lille sans argent ni billet de train.

 

On en est là, aujourd’hui, en France : on rafle des enfants et des parents à l’aube, on les trimballe d’un bout à l’autre du pays dans des conditions dégradantes et on les fourre à la va-vite dans le premier avion venu, interdisant, de fait, le plus élémentaire contrôle de la Justice sur des mesures expéditives.

Il reste dans ce pays suffisamment de femmes et d’hommes, d’enseignants, de parents d’élèves, de responsables politiques, de responsables syndicaux, y compris policiers pour dire que trop c’est trop.

Commenter cet article

Marie-Hélène 31/01/2012 12:23

On juge le niveau de civilisation d’une société par les mesures de protection apportées aux personnes les plus vulnérables.

Parmi celles-ci les enfants et les personnes âgées méritent toutes les attentions.
Leur protection est assurée sur le plan du droit civil
• Pour ce qui est des enfants, la France a été signataire de la CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L'ENFANT le 7 Août 1990 . Droits qui sont bafoués aujourd’hui.
la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), le Conseil de l’Europe ont publié un rapport pour le moins alarmant sur le bilan de l’action des pouvoirs publics français en
matière de lutte contre le racisme :
"les discriminations raciales touchent particulièrement les musulmans, les gens du voyage et les Roms"
Le Conseil de l’Europe ne cache pas sa profonde préoccupation à la vue de la recrudescence de « préjugés et stéréotypes racistes » sur l’internet, la France étant à la pointe du racisme
électronique, une distinction peu honorifique qui lui vaut la mention « extrêmement préoccupante ».
Ces inquiétudes ne sont donc pas le seul fait de notre parti, mais préoccupe l’Europe entière.

• Pour ce qui est des personnes âgées, notre programme qui s’intitule « l’humain d’abord prend en compte les difficultés à vivre. Nous sommes, à ce jour, les seuls à proposer et à donner les moyens
de financer une augmentation du Smic à 1700€.
Nous demandons également à ce qu’aucun revenu ne soit fixé sous le seuil de 800€ par mois pour une personne considérant qu’on ne peut vivre sous ce seuil. Pour nous, il est intolérable que certains
revenus salariaux comme celui de Philippe Varin (et ce n’est pas le plus gros) soit de 275 000 € par mois en 2010 (s’étant augmenté de 300%) alors que des personnes comme vous, ayant travaillé
toute votre vie, soient à 600€ mensuels. Un humain ne vaut pas, quel qu’il soit, 500 fois plus qu’un autre ! Le Front de Gauche est pour un autre partage des richesses et c’est le seul à s’en
donner politiquement les moyens.
Si vous voulez que votre situation soit assurée de changer. Votez FRONT de GAUCHE !

Marie-Hélène Pouget candidate Front de Gauche pour l’élection législative en Creuse

bouriaud 30/01/2012 11:32

Bien sur toute la misère du monde ne pourra se résoudre simplement, mais au lieu de vous occuper de personnes qui ne sont pas françaises ....il serait plus judicieux d'aider les personnes agées qui
ne dispose que de 600 € par mois (ayant cotisé pendant toute leurs vie de traval ???) je pense que ce serai bénéfique pour votre image de marque.