Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bernard Thibault : « Non à la régression sociale »

Publié le par pcf23

Humalogo

  • Extrait de l'article de Max Staat paru dans l'Humanité du jeudi 21 février 2013 (page 7) : Bernard Thibault : « Non à la régression sociale » et sur le site web du journal.

Auditionné par le groupe PS de l’Assemblée sur le futur projet de loi transcrivant l’accord de sécurisation de l’emploi, le secrétaire général de la CGT en montre tous les dangers.

[...]

Sortant parmi les premiers, le député de Haute-Garonne, Gérard Bapt, donne son sentiment : « C’était défrisant, il va y avoir des discussions animées au sein de notre groupe. » Et pour cause, Bernard Thibault a détaillé les raisons de son opposition : « J’ai utilisé le terme de révolution du droit social à propos de ce texte pour sensibiliser les députés sur son impact politique et social. » Et de dénoncer le fait que, avec cet accord, les patrons pourront « licencier sans motif, imposer la mobilité, baisser les salaires et augmenter le temps de travail sans tenir compte du contrat de travail des salariés », en contradiction avec « le droit international du travail ». Il conclut : « Le président voulait faire reculer la précarité, elle va être amplifiée à la puissance dix. »

 

Jerôme Gedj, député de l’Essonne, a vu lors de cette réunion « le trouble de ses collègues devant le fait que, sur un même document, il puisse y avoir des opinions si opposées entre la CFDT d’une part, la CGT et FO de l’autre ». Lui qui depuis le départ est « sceptique sur cet accord », poursuit : « Si deux syndicats représentatifs disent que ce texte entraîne une régression sociale pour les salariés, cela ne peut être repoussé d’un revers de main. »

 

Certes, d’autres députés, comme celui du Cher, Yann Galut, affirment le petit doigt sur la couture du pantalon, qu’« en période de crise il faut faire des concessions » et que « les plans sociaux nécessitant soit un accord majoritaire, soit une homologation de l’État dans le texte, celui-ci est équilibré ». Mais, beaucoup refusent, à l’image du député d’Indre-et-Loire Jean-Patrick Gille, d’être de « simples greffiers » transcrivant l’accord dans une loi. Ils veulent ou pour le moins espèrent, comme le député des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain, futur rapporteur du projet de loi, « rendre positif ce texte » !

 

Cependant, Bernard Thibault prévient : « Toutes les dispositions de ce texte favorisent le chantage aux accords de compétitivité-emploi » et « la CGT favorisera les mobilisations les plus larges contre cet accord, avec un premier rendez-vous le 5 mars prochain ».

 

  • Pour en savoir plus sur la nocivité de cet accord voir sur le site de la CGT :

http://cgt.fr/Tout-ce-qu-on-ne-vous-a-pas-dit.html

http://www.cgt.fr/IMG/pdf/4pages.pdf

  • et aussi

Le texte commenté par FO
Le tract vrai/faux de Solidaires
L’accord décrypté en détail (Fondation Copernic)

La position du PG et du FdG

  • La mobilisation commence dès le 28 février et se poursuivra le 5 mars 2013 !

ANI_28-2-13.jpg

Commenter cet article