Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Non aux rêves du MEDEF

Publié le par pcf23

Michel Sapin : le VRP des actionnaires !

Sapin n'est pas un ministre de la République, c'est le VRP du patronat. Sa dernière déclaration « Notre amie c'est la finance, la bonne finance » en est l'illustration. Passons sur l'aspect que cette déclaration enterre le discours de Hollande contre le monde de la finance au Bourget.

Prenons l'actualité, c'est quoi la bonne finance ? Celle qui pousse les Marins de la SNCM à se battre pour sauver l'emploi après qu'un fonds de pension se soit gavé de dizaines de millions d'euros lors d'une privatisation scandaleuse ? Bouygues qui va s'engraisser une nouvelle fois sur le dos de l'Etat et donc du contribuable avec le dossier Alsthom ? Le CAC 40 qui bat des records quand le chômage bat lui aussi des records ? Ce sont les 159 milliards de trésorerie de 36 entreprises du CAC 40 ? Ce sont les 298,6 milliards d'euros d’intérêts et de dividendes payés par les sociétés non financières, illustration de la réalité du coût du capital ?

La « bonne » finance de M. Sapin, c'est celle que nous subissons et dont les profits saignent les salariés et leurs familles.

C'est celle de Warren Buffett quand il dit « Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous sommes en train de gagner ».

Conférence sociale: le gouvernement a tué dans l’œuf toute tentative

Avant même ses conclusions, la troisième conférence sociale est d'ores et déjà un échec terrible pour François Hollande et Manuel Valls.

Ils en portent la pleine responsabilité car on ne peut impunément avoir autant de mépris et de brutalité pour les syndicats d'un côté et, de l'autre, autant d'attention et de douceur pour le patronat. Le gouvernement a tué dans l’œuf toute tentative de démocratie sociale en alignant les discussions sur les exigences du Medef. Ces conférences sociales censées être le socle d'un « compromis historique » entre le monde du travail et le patronat n'ont été que la justification médiatique d'une succession de régressions sociales pour les salariés, de l'ANI aux seuils sociaux, en passant par les retraites.

Aujourd'hui tout est à reprendre, la méthode comme le fond. L'agenda du Medef ne peut être celui d'un gouvernement de gauche. C'est autour des questions de démocratie, de la cité à l'entreprise, et de droits des salariés que le dialogue social doit être maintenant repensé. La gauche doit rapidement se reconstruire autour d'un projet de progrès social dont l’intérêt général serait le garant et le moteur

Vite la fronde de gauche !

Tous ces renoncements encouragent la droite, l’extrême droite et la diffusion de leurs idées. Se rassembler pour une alternative à gauche, et de gauche, est d’une urgence vitale. De plus en plus nombreux, même au sein du parti socialiste et chez les écologistes, l'idée s'affirme que la politique de Valls et Hollande nous enferment dans une dépression économique, sociale et démocratique. Valls dit la gauche peut mourir et c'est sa politique qui la tue en tournant le dos aux promesses et à ce que la gauche veut dire. Avec tous ceux et celles qui cherchent, à gauche, une autre voie que l'austérité, il y aura naturellement des débats sur les solutions. Mais ce qui est nouveau, c'est que la discussion existe, dans les luttes, avec les salariés et les syndicalistes, avec tous ceux et toutes celles, responsables associatifs, écologistes, socialistes, Front de gauche, abstentionnistes... pour chercher ensemble une issue. Il faut ouvrir en grand ce dialogue en lien avec les luttes, , avec toutes les forces vives de la société, avec tous ceux et celles qui expriment les urgences populaires.

Non aux rêves du MEDEF

Commenter cet article